Royal Academy of Arts, 2008, Londres.

« La Danse » De Matisse,

Le tableau pour lequel l’Angleterre a vendu son âme.

(Source : Dossier de presse publié par André-Marc Delocque-Fourcaud et Pierre Konowaloff en décembre 2008)

Le 24 octobre 2007, un article du Guardian signé Marcel Berlins déclenche un ouragan autour de l’exposition « From Russia, Russian & French paintings of the XIXth & XXth Century » qui doit s’ouvrir à Londres le 26 janvier 2008 à la Royal Academy of Arts. Cette exposition, qui a nécessité plus de deux années de préparation et de négociation avec la Russie, doit rassembler plus de 200 œuvres venant des quatre plus grands musées russes : Pouchkine, Ermitage, Tretiakov et Musée russe.

Cette exposition vient à Londres après avoir été présentée à Düsseldorf, en Allemagne. Le sponsor en est d’ailleurs le géant du gaz allemand E.ON principal distributeur du gaz russe en Allemagne et en Angleterre et étroit partenaire du géant pétrolier et gazier russe Gazprom.

Parmi les tableaux qui seront exposés, 13 viennent de la collection Morosoff et 23 de la collection Chtchoukine (voir la liste dans les documents joints), dont la Danse de Matisse qui sera présentée pour la première fois sur le sol britannique et qui tapisse déjà les murs de Londres.

Bien qu’aucun des descendants Morozov et Chtchoukine n’aient jamais déclaré vouloir intenter une quelconque action juridique en Grande Bretagne, la polémique a été lancée sur le fait que la loi anglaise ne protègerait pas les œuvres contre d’éventuelles revendications de saisie de la part des héritiers (propriétaires) de certaines de ces toiles ou d’autres créanciers de la Russie.

S’en suit une avalanche d’articles de presse anglais et russes. Les spéculations vont bon train concernant les intentions des héritiers qui continuent à s’abstenir de toute déclaration.

La Royal Academy of arts et les autorités britanniques multiplient les contacts et interviennent dans la presse pour essayer de convaincre les russes que la garantie que leur offre le gouvernement anglais est suffisante. Les familles sont approchées sur une base confidentielle : on leur demande de s’engager par écrit à n’entreprendre aucune action judiciaire au Royaume-Uni. Pour les héritiers des 2 collectionneurs les bornes sont dépassées :

«  Nous sommes de simples personnes privées et non des États souverains compétents pour délivrer des sauf conduits de plusieurs milliards d’Euros. Nous sommes les victimes du plus grand hold-up de l’histoire de l’art et non des coupables« .

En décembre 2007, le gouvernement russe annonce que l’exposition n’aura pas lieu si le gouvernement anglais ne fait pas voter une loi garantissant l’insaisissabilité des toiles tant qu’elles se trouvent sur le sol britannique. La polémique continue dans les médias. Elle s’étend à la presse européenne, et jusqu’au Japon.

Le 31 décembre, le gouvernement britannique met en vigueur d’urgence, la loi réclamée par la Russie. L’ambassadeur de Grande Bretagne à Moscou va jusqu’à déclarer dans la presse russe que la nouvelle loi a été conçue spécialement pour régler le problème des confiscations léninistes.

Le 9 janvier, Monsieur Shvydkoy, directeur de l’Agence fédérale russe pour la culture et la cinématographie tient un conférence de presse pour annoncer que la Russie est satisfaite des garanties apportées par la Grande Bretagne et que les toiles seront envoyées à Londres.

Il affirme que les décrets confiscatoires des années 1918-1919 ne doivent pas être révisés et appelle les Etats étrangers à reconnaître leur légalité. C’est la première fois depuis le début de l’affaire Chtchoukine, il y a plus de cinquante ans, qu’une autorité officielle russe admet qu’il y a bien un débat sur la révision des décrets spoliateurs de Lénine.

Ivan Morozov et Sergueï Chtchoukine n’ont jamais fait don de leur collection à l’URSS. Tous les conservateurs et directeurs des musées russes, tous les ministres et officiels russes rappellent qu’ils en avaient l’intention avant la Révolution d’octobre, encore que leurs testaments de l’époque n’aient jamais été retrouvés. En tous cas, dépossédés et contraints de s’exiler, ils ont, par leurs testaments notariés de 1921 (Morozov) et 1926 (Chtchoukine) formellement révoqué toutes leurs volontés antérieures et légué à leurs héritiers l’universalité de leurs biens.

– Par décrets de novembre 1918 (Chtchoukine) et décembre 1919 (Morozov), Lénine proclame les collections, et les palais les abritant, propriété du peuple, sans aucune indemnité.

– 1919 à 1941 : les collections sont présentées à Moscou dans le Musée de l’art occidental moderne installé dans le palais de Morozov (plus grand que le palais Chtchoukine qui est transféré à l’armée rouge et totalement interdit d’accès et même de photographie jusqu’à aujourd’hui).

– Grâce au génie et à l’intuition de Chtchoukine et Morozov, la capitale de l’URSS possède alors le plus beau musée d’art moderne du monde.

– 1941 : La Whermacht approchant, les toiles sont mises à l’abri de l’autre côté de l’Oural.

– 1945 : Retour des collections à Moscou, la campagne contre le cosmopolitisme et l’art décadent suspend la réouverture au public du Musée de l’art occidental moderne.

– 1948 : Par décret de Staline, le Musée est liquidé, les tableaux des deux collections, sont répartis au hasard entre le Musée de l’Ermitage de Leningrad (ex Saint-Pétersbourg) et le Musée Pouchkine de Moscou avec interdiction de les montrer.

– 1954 : après la mort de Staline, le « dégel » commence, 40 Picasso sont, pour la première fois, exposés à Paris à la Maison de la Pensée française, organisation proche du Parti communiste français. Irina Chtchoukine, fille de Sergei Chtchoukine introduit une demande de saisie de 37 toiles appartenant à son père.

L’affaire « Chtchoukine et Morozov contre Lénine » commence.

A l’époque où l’on avait de grands idéaux politiques on pouvait admettre que les œuvres achetées par Morozov et Chtchoukine aient été volées par Lénine, procurant ainsi au peuple russe une bonne éducation culturelle gratuite. Il n’en était pas fait commerce. Et si, à partir de 1954, elles participaient aux grandes expositions internationales, il s’agissait d’échanges culturels désintéressés.

Mais la situation a changé :

« L’avenue de l’Opéra » de Pissaro, « le portrait du Docteur Rey » de Van Gogh, « Le courant, une rivière » de Vlaminck, « L’étang à Montgeron » de Monet, « On l’appelle Vaïaraumati » de Gauguin, « La Danse » de Matisse, « la Montagne Sainte Victoire » de Cézanne, « La Danse en été » de Bonnard, « Le poète et sa muse » de Rousseau, « Le Bois sacré » de Denis, « La dryade » de Picasso, etc…ne sont plus seulement des trésors culturels.

« Nos collections permettent maintenant à tous, sauf aux familles qui les ont inventées soutenant la création des plus grand peintres du XXe siècle, de gagner beaucoup d’argent, non seulement par le nombre des entrées aux expositions (on attend un million de visiteurs à la Royal Academy), mais aussi par le merchandising qu’elles suscitent : catalogues, calendriers, vaisselle, cravates, accessoires de mode… C’est dire que non seulement nos collections ont été pillées, mais qu’elles sont utilisées à des fins purement mercantiles sous couvert d’échanges culturels. Pour contempler à Londres les œuvres confisquées dans l’intérêt du peuple, il faudra débourser 11£, soit 16 euros. Le palais Chtchoukine avant 1918 était ouvert gratuitement au public« .

Les héritiers Chtchoukine et Morosoff font ainsi l’objet d’un internement judiciaire leur interdisant toute action durant le séjour en Grande Bretagne des œuvres commanditées par leurs pères. Ils ont au moins la fierté de se retrouver, selon la loi nouvelle, en la noble compagnie des juifs spoliés par les nazis, et des peuples colonisés dont les richesses archéologiques et artistiques ont été pillées par des trafiquants sans scrupule.

« Cette loi nous retire à tous un doit fondamental garanti par toutes les constitutions et conventions internationales sur les droits de l’homme : le doit de tout citoyen à un procès équitable. Nous confions à notre avocat et compagnon depuis les premiers jours, Maître Bernard Jouanneau, le soin d’étudier si l’interdiction judiciaire dont nous faisons l’objet n’est pas contraire à la Convention européenne des droits de l’homme à laquelle l’Angleterre est partie et de quelles voies de recours nous disposons dans ce domaine« .

« Nous avons pris acte depuis longtemps que nos tableaux étaient dans les musées russes. Ils doivent aussi pouvoir être présentés dans les grandes expositions et bénéficier aux amoureux de l’art du monde entier sans faire l’objet de scandales politiques comme celui de Londres auquel nous avons assisté en spectateurs silencieux, impuissants et consternés.

La Russie, redevenue une grande nation de la communauté internationale, ne doit plus être obligée de s’humilier à quémander la garantie de la reine d’Angleterre par peur que les œuvres de ses musées soient saisies du fait de leur appropriation illégale.

Jamais, alors que nous avons toute légitimité pour le faire, nous n’avons tenté, ni d’empêcher une exposition, ni d’en priver le public, chaque fois que nous avons agi en justice, nous l’avons fait de telle façon que les œuvres ne courent aucun risque. Nous nous sommes désistés de toutes nos actions aussitôt que notre cause a été largement répercutée dans la presse et dans l’opinion. A Londres, le scandale a éclaté tout seul sans que nous y participions d’aucune façon, jusqu’à ce que la Grande Bretagne prononce contre nous un « internement judiciaire » comme si nous, les spoliés, les victimes, étions des terroristes ou des voleurs en puissance.

Nous demandons :

– le respect de la mémoire de Chtchoukine et Morozov et la mention de leurs noms dans tous les accrochages,

– l’abolition du décret de Lénine et le transfert de nos collections à l’Etat russe dans les formes requises dans tous les Etats démocratiques et par les conventions internationales,

– une juste compensation financière,

– le transfert des palais Chtchoukine et Morozov au musée Pouchkine, pour qu’ils redeviennent des lieux d’exposition ouverts au public,

– la réunion des tableaux et sculptures français de la collection Morozov dans un seul lieu,

– la réunion de la collection Chtchoukine, avec la reconstitution de certains accrochages démembrés entre Saint-Pétersbourg et Moscou, tel le tryptique de « La conversation » de Matisse ou l’iconostase des Gauguin« .

André-Marc Delocque-Fourcaud (à gauche) et Pierre Konowaloff (à droite)

devant « la Danse » au vernissage de l’exposition « From Russia »

Pierre Konowaloff (à gauche) et André-Marc Delocque-Fourcaud (à droite)

dans la cour de la Royal Academy of Arts avant l’ouverture de l’exposition

Quelques articles parus dans la presse française et anglaise.

– « Russian Museums are taking a risk in lending us their paintings. Let’s hope they get them back » article de Marcel Berlins, The Guardian, 24 octobre 2007.

– « La polémique enfle à la Royal Academy » article d’Eric Biétry-Rivierre, Le Figaro.fr, 23 janvier 2008.

– « Art et troc entre Moscou et Londres » article de Philippe Dagen, Le Monde.fr, 25 janvier 2008.

– « L’exposition qui fâche » article de Véronique Prat, Le Figaro.fr, 22 février 2008.

– « Plunder goes on Tour » article de l’avocat américain Allan Gerson, qui, suite à cet article représentera la famille Morozov/Konowaloff aux Etats-Unis dans leur action contre le Metropolitan Museum et l’Unversité de Yale afin de tenter de récupérer les 2 tableaux illégalement vendus à Stephen Clarck en 1933 : « Cafe de nuit » de Vincent Van Gogh et « Madame Cézanne dans la serre » de Paul Cézanne, The New York Times, 23 février 2008.

Tableaux de la Collection Morozov exposés à la Royal Academy of Arts

Pierre Bonnard

L’été, la Danse

Pierre Bonnard

La Seine à Vernonnet

Paul Cézanne

Montagne Sainte Victoire

Paul Cézanne

Jeune fille au piano

Paul Cézanne

Bords de Marne

Maurice Denis

Polyphème

André Derain

Le séchage des voiles

Paul Gauguin

Eau délicieuse

Paul Gauguin

Matamoe, paysage aux paons

Claude Monet

L’étang à Montgeron

Claude Monet

Meule de foin à Giverny

Pierre-Auguste Renoir

Le Moulin de la Galette

Maurice de Vlaminck

Rivière

Tableaux de la Collection Chtchoukine exposés à la Royal Academy of Arts

Georges Braque

Le Château de la Roche Guyon

Paul Cézanne

La dame en bleu

Paul Cézanne

Mont Sainte Victoire

Maurice Denis

Bois sacré

André Derain

Le Château

André Derain

L’homme au journal

Paul Gauguin

On l’appelle Vaïaraumati

Paul Gauguin

La maternité

Paul Gauguin

L’homme cueillant des fruits

Charles Guerin

Deux jeunes filles sur la terrasse

Albert Marquet

Le Pont Saint Michel

Henri Matisse

La chambre rouge

Henri Matisse

Nu en noir et or

Henri Matisse

La Danse

Henri Matisse

Zorah debout

Pablo Picasso

Bol vert et flacon noir

Pablo Picasso

La baignade

Pablo Picasso

La fermière

Pablo Picasso

Dryade

Pablo Picasso

Violon et guitare

Camille Pissaro

Avenur de l’Opéra

Henri Rousseau

La Muse inspirant le poète

Vincent Van Gogh

Docteur Rey